Match d’improvisation

Match d’Improvisation


Le match est le concept que notre ligue utilise le plus en ce moment sur Toulouse. Il a été créé en 1977 au Québec par Robert Gravel.

Pour pouvoir faire un match d’improvisation, il faut tout d’abord deux équipes de 6 joueurs ainsi qu’un coach car sans joueur, il est probable que ce soit ennuyeux. Ceux-ci sont en harmonie avec la tendance puisqu’ils portent un pantalon noir, un T-shirt, des baskets et un maillot aux couleurs de leur équipe. Les joueurs jouent dans ce que l’on appelle une « patinoire » : c’est un espace fermé d’environ 5m2, délimité par un plan d’1,20m de hauteur.
Une improvisation, ce n’est ni plus ni moins qu’une histoire inventée, un récit éphémère qui oscille selon les envies de l’arbitre, une durée, un nombre de comédiens et des catégories.

Le match se compose d’un grand nombre de personnages qui participent chacun à l’ambiance de ce spectacle si particulier.

Un match est divisé en trois périodes d’environ 30 minutes (plus ou moins selon la dernière improvisation et le choix de l’arbitre)

Durant ces périodes, les spectateurs votent à la fin de chaque impro grâce à un carton remis en début de match et donnent ainsi un point à l’équipe majoritaire. On fournit aussi au public des chaussettes (ou des pantoufles) pour les lancer sur la patinoire afin qu’il puisse exprimer son mal-être, sa clairvoyance ou son envie d’en dérouiller avec l’arbitre.

L’équipe ayant le plus de points à l’issue du match a gagné.

Pour en savoir plus : Les catégories – Les personnages

Voir l’affiche

Les prochaines dates


A l’année prochaine !

Les catégories


Dans un match, nous utilisons plus d’un subterfuge subtil afin de rendre le jeu intéressant. Un de ceux-ci est la catégorie ou encore « à la manière de ».
Ci-dessous, quelques une de ces catégories répertoriées par groupe :

les catégories de genre

Science fiction, théâtre antique, théâtre de boulevard, film d’horreur, comédie musicale

 

Le but est de reproduire un genre cinématographique ou théâtrale tant par ce qui est dit que par la mise en scène ou la situation. Il faut penser aussi aux décors et aux objets propres à ces catégories.

les catégories de style

Charlie Chaplin, Alfred Hichcock, Marcel Pagnol, Molière, Marquis de Sade, Jean Luc Godard, Victor Hugo, Jean de la Fontaine, Michel Audiard

 

Ici, on essaye de faire une improvisation qui se rapproche du style d’écriture ou de la mise
en scène de l’auteur.

les catégories de voix

Chantée, silencieuse ou rimée

 

La situation ou les personnages ne sont pas touchés : cela a un impact uniquement sur le parlé, l’énonciation ou la voix.

les catégories « concepts »

Peau de chagrin, roman photo, poursuite, playback etc.

Ce sont des catégories qui modifient l’expression et la forme de l’improvisation.

a savoir !

Pour autant, toutes ces catégories n’autorisent pas aux joueurs d’entrer dans la facilité en reproduisant exactement certains films ou en prononçant des phrases déjà existantes : ils se doivent de créer une vraie histoire construite. L’improvisation reste de l’improvisation.

les personnages


l’arbitre

Il est le seigneur de la patinoire. En effet, lors d’un match, c’est lui qui tire les thèmes auxquels se confronteront les joueurs. C’est lui aussi qui fixe les contraintes et qui met des fautes à ceux qui ne les respectent pas.

les assesseurs

Les assesseurs sont au nombre de deux et sont les assistants de l’arbitre. Un assesseur peut être fayot, vil, cupide etc. peut importe tant qu’il sert l’arbitre. Son rôle est de le protéger des chaussettes et d’aider celui-ci dans sa décision si faute il y a. Il compte aussi les cartons si besoin et parfois, il s’assure lors d’une improvisation comparée que l’équipe ne jouant pas ne communique pas hors cocus pendant l’improvisation de la première équipe.

Lors de l’annonce, 6 points importants ressortent :

Mixte ou comparée

on peut voir une improvisation où les équipes jouerons ensemble ou l’une après l’autre.

Le thème

se doit d’être court et efficace afin de laisser cours à l’imagination des joueurs.

Le nombre de joueurs

peut aussi être imposé par l’arbitre (2, 3, tout le monde, que les filles, que les cheveux longs, les gens de moins d’1m70 etc)

La catégorie

c’est un peu le style que l’on imposera à l’improvisation. Si elle est « libre », les joueurs choisiront ce qui leur fait plaisir.
Dans le cas « imposée », c’est l’arbitre qui la précise et l’explique si nécessaire (ou si le MC est incompétent)

La durée de l’impro

qui peut varier fortement (de 30 secondes jusqu’à 20 minutes!)

Le caucus

c’est le temps de réflexion offert aux équipes avant de commencer l’improvisation (20 secondes en général)

Le MC

Il est beau et serviable, vous l’aimez et il vous le rend bien. Le MC est l’animateur de la soirée : son rôle est de chauffer la salle avant le spectacle, de rendre vivant le match entre les improvisations tout en expliquant les catégories au public. Il est aussi celui qui annonce la fin des périodes et comptabilise les points et les fautes de chaque équipe. A la fin, il donne la parole aux capitaines des deux équipes pour quelques minutes puis annonce les prochains spectacles d’improvisation.

Le coach

Il fait partie de l’équipe mais ne monte pas sur scène. Son rôle n’est pas non plus (que) d’encourager son équipe. En effet, il dirige son équipe en stimulant sa réactivité, ses idées et grâce à son expérience, il mène son équipe vers le haut. Il est le bras droit de l’équipe hors improvisation pendant notamment les caucus.

Le DJ

Bien que caché en arrière scène, le DJ a vraiment un rôle important dans le décorum et dans l’accompagnement des comédiens et de la scénographie. Sans lui, l’ambiance est terne et morose. Il rythme chaque instant du spectacle et vous fait danser et chanter sur les titres les plus actuels.

L’intronisation


Nous vous présentons les plus grands joueurs de la LUDI. Celles et ceux qui ont fait de l’association ce qu’elle est actuellement, ont été intronisés au plus haut rang de joueurs de la LUDI.

Florence Bordes

La touche féminine, arrivée à la LUDI en 2004, elle allie un grand talent d’écriture à une grande délicatesse de jeu, elle porte le numéro 22.

Yves Mariuzzo

Arrivé à la LUDI en 2004, il y est aujourd’hui professeur, adoré par ses élèves, il porte le numéro 18, à cause de Laetitia Pinello qui avait pris le numéro 23.

Arnaud Laurent

Il connaît personnellement Pierre Arditti et a débuté à la LUDI en 2001, nucléaire boy la nuit, acteur et doubleur de talent, il porte le numéro 10.

Benoît Messan

Il a débuté la LUDI en 2001, poète, poète, fier d’avoir été plusieurs années président de l’association. Il est connu pour ses talents de crowner, il porte le numéro 17.

Elise Guienne

Elle a commencé en 2003 et porte le numéro 5. Elle se définit comme un pot de colle mais maîtrise parfaitement la langue des signes.

Simon Kraft

Après être arrivé à la LUDI en 2000, il a créé aujourd’hui l’atelier Brooklyn, l’homme qui porte le mieux la redingote au monde, il porte le numéro 2.

GHAAH…

Le groupe de la LUDI de Toulouse qui se la pète un peu…
Le groupe composé de Mélanie à la batterie, Tim au piano et Julien à la guitare.
Le groupe qui sublime le spectacle et tout les improvisations qu’ils accompagnent.
Le groupe dont le nom est imprononçable
Le groupe dont vous pouvez retrouver l’interview en cliquant ici